Conférence du 16 mai

Petites mécaniques des tensions et ajustements temporels chez les enseignants-chercheurs

Jean-Pierre Rouch – Université de Toulouse

Et si le « je n’ai pas le temps », ou le « je suis débordé » des enseignant·e·s chercheur·e·s (EC) ne pouvaient se résumer à la seule pénurie objective d’une ressource : le temps (ou plutôt d’une de ses dimensions : la durée) ? Ni à un simple défaut d’organisation qui renverrait l’EC à sa seule responsabilité ? Comment comprendre autrement l’apparent paradoxe qui voit menacé, parfois jusqu’au « burn out », l’exercice d’une activité engageant pourtant une aussi large part d’autonomie ? En allant plus loin et en abordant les mécanismes qui sous tendent la construction des emplois du temps, à la fois spécifique et contemporaine, des universitaires. En mettant au jour un ensemble de foyers de tensions temporelles potentielles qui pèsent sur une écologie d’activités. En montrant, enfin, que les EC, pour empêcher que ces tensions ne s’actualisent en chronopathies, tentent, non sans encombre, de mettre en place des tactiques temporelles, à la fois individuelles et collectivement partagées.

Qui est Jean-Pierre Rouch ?

Jean-Pierre Rouch est maître de conférences en sociologie à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Il est membre du Cers (Centre d’Étude des Rationalités et des Savoirs) équipe de recherche au sein d’un laboratoire plus vaste (le LISST). Ces domaines de réflexion et de recherche mobilisent les temporalités sociales comme observatoire pertinent pour comprendre d’une part les manières dont les TIC font médiations dans nos expériences de vie, et, surtout, plus largement et d’autre part, les logiques qui sous-tendent la construction de son emploi du temps par l’individu contemporain. Le passage par une mandature de co-direction du département de sociologie de l’UT2J l’a amené à ré-orienter ses activités vers une mise en pratiques de ses approches sur les temps sociaux : les emplois du temps des enseignant·e·s, et également les temporalités de l’information et de l’orientation des futurs étudiant·e·s.

Retour à la page de la rencontre